Jabal Moussa

Du 22 au 26 avril 2019

  

Jabal Moussa est l'une des trois réserves de biosphère au Liban . C'est un petit massif montagneux qui surplombe la mer Méditerranée à l'Ouest. La réserve se caractérise par une biodiversité incroyable: il y pousse 215 types de plantes, et 20 différentes espèces d'arbres dont 11 sont endémiques. Plus de 16 mammifères différents ont été découverts, y compris l’hyène, le loup, le daman des rochers, etc. Le site a également été désigné « Global IBA » – Région importante pour les oiseaux, en raison de tous les oiseaux migrateurs qui survolent le site en automne et au printemps. L’APJM (Association pour la Protection de Jabal Moussa), http://www.jabalmoussa.org/ gère et s'implique pour la protection et la réhabilitation du site,et a permis de préserver un minimum la vie sauvage de cette montagne.Les sentiers de randonnées sont très bien marqués et entretenus. Beaucoup de villageois s'y impliquent et toute une économie tente de se construire autour de l'écotourisme. Le braconnage y est encore fréquent, mais d’après les dires de membres de l'association rencontrés sur place, la situation s'améliorerait doucement et ils ont enfin trouvé des relais politiques qui leur permettent de faire venir la police, lorsque les chasseurs entrent dans le périmètre de la réserve ; sous entendu que jusqu'alors celle-ci ne se déplaçait même pas.....

 

La réalité du terrain, nous fait tout de même douter que le fléau de la chasse ait disparu. En effet pour une région méditerranéenne au printemps, la quantité et la diversité des chants d'oiseaux entendus se rapprochait plus d'une foret européenne en pleine hiver....

 

De même les douilles rencontrées sont encore nombreuses.....

 

Nous avons séjourné dans deux gîtes différents. Le premier dans le petit et charmant hameau nommé Al iibre, juste au pied des sentiers : le Keyrouz Guesthouse. Rita, la personne gérant cet endroit est adorable et a été aux petits soins pour nous. Ses repas sont délicieux et gargantuesques et les prix demandés vraiment raisonnables.

 

Nous avons passé notre dernière nuit à Ghbeleh, grand village situé plus loin de la réserve. chez Murielle Dimitriades, dans une jolie jolie maison avec des hôtes fort sympathiques aussi.

 

La migration active fut extraordinaire à Jabal Moussa : beaucoup de Cigogne blanche, dont un groupe de plus de 500, une dizaine d'espèce de rapaces, des Grues cendrées et beaucoup de passereaux dont quelques Loriots , que nous n'avions jusqu'alors jamais observé en migration active.

Il faut aussi parler des millions de Vanesse des chardons (Vanessa cardui, Lepidopterae) remontant vers le nord. Ce seul spectacle valait le déplacement.

 

Une rencontre avec une Tortue d'Hermann fut des plus joyeuses et des indices de présence du Porc-épic ont clôturé agréablement notre séjour à Jabal Moussa.

La flore est quant à elle tout simplement exceptionnelle !